Blog - AKOA HOTEL RESTAURANT

HOTEL & RESTAURANT
________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
Aller au contenu

Menu principal :

Nouvelle pub AKOA

AKOA HOTEL RESTAURANT
Publié par dans Publicité · · Download filmakoa-bat.mp4
Voici la nouvelle vidéo promo de l'Akoa



Graph du Mur de l'Akoa

AKOA HOTEL RESTAURANT
Publié par dans Art Malgache · · Download Le-mur-de-l-akoa.mp4
Deux artistes grapheurs,  clients de l'Akoa en mission à Madagascar ont eu la gentillesse de réaliser une oeuvre sur le mur (extérieur) de l'établissement. Les dessins sont visibles par tous.
Nous remercions et félicitons vivement Djamel Tatem et Florian Saint-Etienne.




TEMANDROTA Artiste malgache

AKOA HOTEL RESTAURANT
Publié par dans Art Malgache ·

TEMANDROTA

Temandrota vit et travaille à Antananarivo. Elevé par des  chasseurs, dès son plus jeune âge, son univers est très proche de la  nature et sa façon de vivre est imprégnée par le nomadisme. Très marquée  par les rituelles de circoncision, de retournement des morts, les  mariages, de ses traditions « Tandroy », ces images ne dépassent pas sa  région qui est le Sud de Madagascar. Les motifs, les matières naturelles  (même la bouse des zébus) sont des influences profondes en rapport aux  arts funéraires des régions de l’île qu’il a traversée. > Lire la suite
Son imaginaire résonne les mythes anciennes et les contes  traditionnels qui ont bercé son enfance et encore il s’intéresse  jusqu’aujourd’hui aux oratoires qui accompagnent les rites et coutumes  pratiqués par certaines ethnies qu’il a rencontré.au fil de ses  découvertes Arrivé à l’âge de 13 ans à la capitale, ses yeux se sont  ouverts vers les multimédias embarqué par ses amis bédéistes. Ainsi, il  commençait à peindre et à dessiner avec les feuilles de papier avant  d’atterrir sur l’animation.
Puis il commençait à mener de nouveau la vie nomade en traversant  l’île en se déplaçant d’hôtel en hôtel pour ses performances  artistiques. Depuis 2005, des expositions se multipliaient et des  résidences d’artistes s’en suivent notamment dans la zone Océan Indien,  l’Afrique du Sud, jusqu’en Allemagne.
Il dit de son travail que « les représentations humaines et symboles  de l’imaginaire collectif Tandroy * mobilisent et dépouillent en même  temps le mysticisme et l’invisibilité omniprésente vers une écriture  personnelle, plus minimaliste et plus abstraite. La peinture géométrique  est l’élément moteur de ces représentations. Pour moi, créer des motifs  devient un geste primaire et m’amène sur « la transe » qui rythme  l’ensemble ». Régulièrement, il expose au centre culturel français  d’Antananarivo et à l'Hôtel Restaurant l'AKOA



Madagascar mise sur l'écotourisme

AKOA HOTEL RESTAURANT
Publié par dans Tourisme ·
       
MADAGASCAR MISE SUR L'ECOTOURISME
Clément Imbert et Jean-Yves Durand / GEO  - Mercredi 9 mars 2016                                                                    

           
Lémuriens, orchidées, baobabs… Madagascar, la Grande Ile rouge, préserve une faune et une flore inégalées. Elle en a fait sa principale attraction touristique.
                                           
Quoique située à  seulement 400 kilomètres de la côte sud-est de l’Afrique, Madagascar  constitue un monde à part. Séparée du continent il y a 150 millions  d’années, elle a développé une faune et une flore endémiques, dans des  proportions rarement égalées ailleurs sur la planète. Ainsi, 80 % de ses  plantes et de ses animaux ne se trouvent que sur cette île, la  quatrième plus grande du globe (587 040 kilomètres carrés, à peu près la  superficie de la France métropolitaine). Les plus célèbres de leurs  représentants sont les lémuriens, cousins lointains des singes.  Madagascar en abrite une centaine d’espèces, allant du maki catta, gros  (et agile) comme un chat, au microcèbe de Mme Berthe, de la taille d’un  poing. Baptisé du prénom de la scientifique malgache qui l’a découvert,  ce dernier est le plus petit primate connu. Actifs la nuit, ces  mammifères arboricoles tiennent leur patronyme du latin "lemures"  (fantôme). Parmi les autres spécimens originaux, citons la mangouste à  dix raies, le tenrec, aux airs de hérisson, ou le fossa, un carnivore  évoquant le puma.
La flore de Madagascar est tout aussi  exceptionnelle. Des huit espèces de baobabs recensés sur Terre, six  poussent uniquement ici (les deux autres sur le continent africain et en  Australie). Et 75 % de ses 960 variétés d’orchidées sont endémiques.  Grâce à ces trésors naturels, la Grande Ile est devenue l’un des paradis  de l’écotourisme. Pour attirer ses visiteurs, elle a créé vingt et un  parcs nationaux, dont deux marins. Vingt-deux réserves spéciales et cinq  intégrales sont, en outre, vouées à la préservation des plan tes et  animaux menacés d’extinction. Madagascar s’impose ainsi comme un  gigantesque conservatoire du monde vivant. Un sanctuaire dont les  résidents ne cessent de se multiplier : depuis le début du XXIe siècle, plus de 600 nouvelles espèces animales et végétales y ont été dépistées !



ANTANANARIVO, messe du père Pedro

AKOA HOTEL RESTAURANT
Publié par dans Tourisme ·
DIMANCHE A ANTANANARIVO,  MESSE DU PERE PEDRO
Si vous cherchez à découvrir quelque chose d’unique lors de votre  passage à Madagascar et à Antananarivo un dimanche, assistez à la messe  de Père Pedro à Akamasoa, je vous raconte ici pourquoi cette visite qui  m’a tellement marquée.

En effet, quand on voyage à Madagascar, on entend rapidement parler  de Père Pedro et des actions humanitaires qu’il mène sur Madagascar  depuis près de 40 ans et notamment son projet de village pour venir en  aide et secourir les plus démunis de la capitale. Akamasoa a  d’ailleurs fêté en 2015 ses 26 ans et j’avais envie de voir de mes yeux  les miracles accompli par cet homme, aussi connu qu’une rock star  et tant aimé !

Une rock star, qui célèbre la messe chaque dimanche, devant 7 000  personnes. Quand j’ai su cela, je me suis dit que ce devait être un  moment à vivre et à découvrir. D’ailleurs, je le précise, ici je mets de  côté l’aspect religion, pour évoquer cette expérience plus d’un point  de vue humain.
Pour y assister, il suffit de se rendre au village d’Akamasoa situé  sur une des collines de la ville à 9h. On décide de partir vers 8h pour  affronter les éventuels embouteillages et ne pas arriver avec du retard.  Les routes jusque là-bas sont en assez mauvais état, à cause des  récentes pluies mais, dès qu’on entame la montée vers la colline  d’Akamasoa, les rues défoncées laissent place à de belles rues pavées  qui sont restées intactes. Plus on monte, plus le paysage change. Les  maisons ont fière allure, tout est propre est bien entretenu. On quitte  l’aspect chaotique et parfois misérable de Tana pour un véritable havre  de paix. S’il y a beaucoup de monde autour du stade, le parking est  presque vide, tout les malgaches sont venus ici à pieds ! On se gare  sans problème et plusieurs personnes viennent nous accueillir et nous  demander d’où l’on vient. On répond aux questions et une dame nous  emmène à nos sièges juste à côté de l’estrade pour l’instant encore  vide.

Le spectacle est impressionnant, déjà des centaines d’enfants sont  assis sur le pare-terre du stade et dans les gradins avec des adultes.  Le lieu est plein à craquer. On attend tranquillement le début de la  messe qui ressemble, là encore, à un concert, au vu de l’immensité des  lieux, de la foule et des musiciens présents dans les gradins avec  tambours traditionnels et guitares électriques. J’observe avec curiosité  cette foule qui se déplace chaque semaine pour assister à cette messe.  Les sourires sont sur beaucoup de visages. Certains ont revêtu leurs  habits du dimanche. Quelques enfants courent mais la plupart sont  sagement assis et attendent l’arrivée de Père Pedro.

A 9h pile, des enfants de choeurs habillés de blanc arrivent suivis  par Père Pedro qui commence son sermon. La messe sera la plupart du  temps en malgache, elle va durer près de 3 heures pourtant le temps va  passer très vite. De temps en temps, le Père Pedro va s’addresser aussi  en français. D’ailleurs il mentionne une anecdote assez intéressante :
Il raconte qu’un lundi, au lendemain de la messe, il arrive à la  carrière et se retrouve avec 300 personnes qui était là, la veille. Il  leur demande ce qu’ils ont retenu du sermon d’hier ? Personne ne répond.  Il insiste et dit vous avez bien retenu quelque chose de tout ce que  j’ai dit ? Rien. Il menace de ne pas laisser les gens rentrer chez eux  tant que personne n’aura répondu. Là, trois personnes s’avancent et  parlent. 3 personnes sur 300 se rappelaient ce qu’il a dit ! Ces messes  ne sont donc pas forcément des lieux où la transmission d’un message se  fait toujours, ce sont aussi des moments de vie que les malgaches  partagent en dehors de leur quotidien, souvent assez éreintant.
Enfin, dès que Père Pedro termine un sermon, il y a ces nombreux  chants qui viennent rayonner au milieu des petits et des grands.  Incapable de chanter car je ne connais pas les paroles, j’admire ces  odes mélodieuses et ces moments de partage.

La ferveur des chants malgaches, la joie sur les visages, la chaleur de  toutes ces personnes regroupées pendant 3 heures, fut un spectacle très  émouvant. Père Pedro est un homme entièrement dédié à son amour pour les  pauvres et à cette envie de les aider du mieux qu’il peut. Et après 26  ans, force est de constater qu’il y a des résultats. Ce n’est  certainement pas encore là où il voudrait, il doit y avoir forcément des  imperfections, mais il a quand même créé plus que beaucoup sur cette  planète.

Au sortir de la messe, la foule se sépare petit à petit pour rentrer  chez elle, c’est midi et l’heure de manger. Je pars balader un peu dans  le village. Tout le monde nous sourit et nous dit bonjour, l’ambiance  est joyeuse. Je repars de cette endroit avec moi aussi le sourire.
Je ne peux que recommander de vous intéresser à cette action et à  voir par vous même ce qui est fait et selon votre propre impression  soutenir cette association.
Et vous avez-vous vécu une expérience de cette sorte, une belle rencontre humaine ?


  Publié dans Madagascar, Étiqueté Antananarivo, Madagascar, Père PedroMettre en favoris le permalien.    



© 2017 Created BY akom.be
ADRESSE :

151 ter Ambohijatavo
Ivandry
00101 Antananarivo
MADAGASCAR

OUVERTURE
DU RESTAURANT
Dim. Déj. 12h-15h00 - Soir uniquement clients de l'hôtel
Lun. déjeuner fermé - Soir uniquement clients de l'hôtel
Mar. déjeuner fermé - Soir 19h 00 - 21 h 30
Merc. Jeud. Vend. Sam.
Déj. 12h-15h00 - Soir 19h 00 - 21 h 30

Reservations restaurant +261 20 22 437 11
Retourner au contenu | Retourner au menu